Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
upsilandre retrogaming

JE ME SUIS FAIT MYSTIFIER…

Je viens de faire une découverte bouleversifiante sur ce grand jeu du lineup Master System qu’est The Ninja! Un jeu qui m’a doublement marqué a l'époque car c’est le jeu avec lequel j’ai découvert la Master System (et son signal vidéo pure RGB) fraîchement débarqué en France. Pour moi c'était enfin l’arcade a la maison. Et puis parce que c'était un jeu vraiment fun qui réinventait commando en s’affranchissant justement du "syndrome commando” (la direction des tires corrélés a la direction des déplacements, raahh quelle horreur, obligé de foncer sur l'ennemi pour lui tirer dessus, c'est contre nature!) grâce au second bouton qui permet de tirer droit devant tout en se repliant avec même du backtracking (le scrolling n'est pas bloqué). La possibilité de disparaître dans un nuage de fumé comme esquive de dernier recourt. La possibilité de contrer les shurikens avec ses propres shuriken accompagné de ce petit bruitage jouissif. Je pense que c’est aussi un jeu qui a servie de model pour le très sympathique Secret Command.
J’avais déjà été bouleversé y a bien longtemps quand j’avais découvert que mon The Ninja était en réalité une adaptation d’un jeu d’arcade System 1 de Sega, Ninja Princess, qui a l’origine avait une charte graphique très différente, très Kawaii et SD, plus coloré et féminin, autant par le personnage a jouer (une femme Ninja) que par le staff lui même (c’est une femme qui a conçu les graphismes il me semble). Mais comme souvent a l'époque Sega réinterprétait ses jeux d’arcade avant de les porter sur Master System ce qui pouvait amener a certains paradoxes (comme le fait que certain jeu Sega soit plus fidèles a l’arcade sur Famicom comme Fantasy Zone ou Alien Syndrome) mais qui était plutôt une bonne démarche avec de belles réussites d’adaptations comme Enduro Racer, et pas vraiment le choix de la facilité.

 

Ninja Princess en Arcade sur System 1

 

Dans le cas de The Ninja j’imagine que le choix d’adaptation porteraient bien plus a polémique aujourd’hui puisque la princesse Ninja héroïne du jeu est ici relégué au rôle symptomatique de princesse a sauver. C’est rigolo a voir par le prisme de notre époque . On retrouve quand même un clin d’oeil a l’héroine du jeu original puisque parmi les ennemis de The Ninja on trouve des ninjas femmes habillés en rouge qui ressemblent exactement a la princesse Ninja. La charte graphique est plus sérieuse avec aussi ce choix de tracer en noir les contours des sprites qui donne un certain style. On perd quand même l’identité Kawaii tres sympa du jeu original mais ca n'empêche pas certaine scène d'être graphiquement plus réussit que sur cette version System 1. Reste que si l’on veut une version plus proche de l’arcade il existe la version SG-1000 (et MSX) qui fait partie d’ailleurs des meilleurs jeux de la console.

 

Ninja Princess sur SG-1000

 

Et donc venons en au sujet de ce billet. Je pensais avoir fait le tour des révélations sur The Ninja jusqu’a ce qu’hier je découvre que la version japonaise de The Ninja n’est pas celle qu’on a connu chez nous. En réalité le jeu est totalement similaire... sauf que le second niveau du jeu n’existe pas chez nous (bordel!) en plus d’etre une sorte de chaînon manquant avec Ninja Princess puisqu’on retrouve dans ce level fantôme un élément assez emblématique du jeu original qui avait disparu qui sont ces rizières bleus qui se combinent a un élément de gameplay (ca ralenti le joueur). Voici donc ce level mystérieux que je découvre plus de 30 ans apres:

 

Les rizières disparues dans nos versions

 

Puis face a cette découverte j’ai alors porté un nouveau regard sur la carte du jeu qu’on a eu pourtant sous les yeux des dizaines de fois puisqu’elle apparaît a chaque début de level et la je découvre avec stupéfaction que ce level disparu est bien présent sur la carte qu’on avait chez nous. C’est juste que l’on sautait simplement le level pour passer directement du 1 au 3 (les chutes de pierre). On reconnait bien les rizières en bleus et les cabanes en bois sur cette carte de la version occidental:

 

En rouge le level fantôme sur la carte de la version occidental

 

Mon hypothèse c’est que The Ninja est une petite cartouche (128Ko) ou l’on est a l’étroit et ils ont voulu libérer quelques octets sur la cartouche pour pouvoir ajouter le texte d’introduction qui nous raconte l’histoire (absent en version jap) et surtout l'écran titre bien plus ambitieux que celui très économique et austère de la version jap.

 

Jolie écran titre qui pose l'ambiance

 

L'ecran titre version jap, bien moins flamboyant...

 

Et un bel écran titre c'est pas anodin, ca pèse son poids avec toutes ces tuiles uniques. C'est pour ca que les premières générations de jeu 8bit étaient très pauvres sur ce point. Mais faut bien admettre que cette écran couplé a la séquence narrative ça posait une l'ambiance pour l'immersion.
 
 
Et c'est dans la foulé que j'ai découvert aussi avec surprise que notre version d'Enduro Racer était plus que tronqué. Notre version perd la moitié des circuits rien que ca! (reste seulement 5 circuits répété 2 fois chacun au lieu de 10 circuits différents). On perd l’écran titre, l'écran de fin et même l'écran de progression façon Outrun qui donnait un chouette aperçu globale du parcours dans le jeu. Tout ça a cause cette fois d'un véritable soucis d’économie (contrairement a The Ninja) puisque la cartouche a été ici divisé par 2 en passant de 256 Ko au Japon a 128 Ko chez nous. La belle époque ou on était le tiers monde du jeu vidéo ^^
Tout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentaleTout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentale
Tout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentaleTout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentale
Tout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentaleTout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentale

Tout ce que vous ne verrez jamais dans notre version occidentale

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article